Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 12:09

Un album esthétiquement magnifique, des illustrations offrant une palette de bleus, relevés de rose orange phosphorescent.

Yomon est un petit d’homme qui a été élevé dans une colonie de dragons. Il arrive au moment de sa vie où il doit choisir ce qu’il veut être. Son rêve est de quitter son corps d’enfant pour devenir enfin un dragon.

Pour réaliser ce rêve, il doit entreprendre une quête périlleuse et rapporter cinq objets. Ces objets ont été dérobés il y a fort longtemps par cinq rois.

Yomon va retourner, au cours de ce voyage, au plus près de ses origines et découvrir des vérités qu’il ne s’apprêtait pas à entendre.

Ce n’est qu’après la rencontre avec le cinquième roi que le destin de Yomon sera scellé.

Un livre superbe ! à mettre entre toutes les mains de 7 à 77 ans.

Repost 0
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 12:05

Un nouvel élève vient d’arriver dans la classe de Milo. Il prétend arriver d’Inde, ne veut participer à aucun jeu, marche d’une façon étrange, refuse de quitter ses gants, même en classe et semble commu-niquer d’une façon étrange avec la remplaçante.

Parce qu’en plus, le maître de la classe vient de disparaître mystérieusement. Il n’en faut pas plus pour que Milo et ses deux comparses Horace et Alice se lancent dans une enquête trépidante.

Histoire facile à lire, une intrigue bien ficelée, du suspense, de l’humour, sans pour autant mettre de côté les questions sur les réactions face à la différence.

Repost 0
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 12:02

Deux histoires courtes et amusantes, Jour de Magie et Soir de Western.

Marcelle est une petite taupe qui adore les Indiens et les westerns.

Dans la première histoire, Marcelle a reçu l’ordre de ranger sa chambre, sinon… elle n’aura pas de dessert ! C’est la corvée, alors Marcelle essaie la magie et se retrouve téléportée sur une île où elle rencontre deux Indiens.

Dans la deuxième partie, on assiste à la soirée hebdomadaire où Marcelle et son papa, blottis sous un plaid, regardent un western. Le film terminé, Marcelle a bien du mal à s’endormir. Grâce à ses doudous indiens, elle trouvera la solution : finir la nuit dans le lit de papa !

Deux histoires pleines d’humour et d’imagination qui servent bien la relation douce et attendrissante de la petite taupe et de son papa.

Repost 0
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 19:15

 

Dans cette longue lettre, Daphné expose à sa belle-mère le long calvaire qu’elle et ses filles Claire et Lucie ont vécu à cause de Maxime, leur époux et fils respectif ! Comment elle a profondément aimé cet homme si prévenant, comment ils formaient une famille si unie, comment Claire, sa fille aînée, va lui confier la maltraitance dont elle est l’objet, comment elle va refuser l’évidence, puis voir ses soupçons se confirmer, comment l’implacable machine judiciaire va l’isoler, l’accuser de manipulation… L’auteur, s’inspirant d’un fait divers, de main de maître, déroule, à la manière d’un documentaire, le processus d’une descente aux enfers pour cette mère en plein désarroi, que tout accuse face au machiavélisme de son époux. J’ai beaucoup apprécié ce livre dans lequel certains parents se retrouveront peut-être.  

Bernadette

 

Récit bouleversant de cette mère. On peut rapprocher ce récit de faits réels autour de nous. Livre utile. 

Denise

 

Avec des mots justes, l’auteur nous fait connaître un engrenage cauchemardesque pour dénoncer la vérité : l’inceste. Heureusement, une oreille attentive va répondre à cet appel de détresse. Plus qu’émouvant, ce récit d’une mère écrit par un homme est étonnant et se lit comme un thriller. 

Jane

 

Terriblement bouleversant, car inspiré d’une histoire vraie.    

Bruna

 

Un engrenage qui fait d’une victime une coupable, la manipulation est exercée de main de maître et la police, la justice se laissent abuser. Très bien.

Mireille

 

Au nom de la justice, on sacrifie mère digne et courageuse et enfants innocents. Inacceptable.           

Jackie                       

Repost 0
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 19:12

 

Un artisan sculpteur, passeur bénévole de migrants à travers les Alpes, est obligé de quitter son village. Sur sa route, un curé lui demande de restaurer une statue en marbre d’un Christ crucifié, datant de la fin de la 1ère guerre mondiale : il s’agit de retirer le drapé qui recouvre son sexe que l’Eglise a ordonné de cacher en 1921, afin de retrouver « la nature exposée », le nu original. Pour parvenir au plus près de ce crucifié, pour comprendre les motivations spirituelles de l’artiste qui a conçu l’œuvre, le sculpteur s’entretiendra avec un curé, un rabbin, un ouvrier musulman sur la nature humaine et divine du Christ dans chaque religion. D’après moi, l’auteur pense que par la puissance de l’art, l’homme peut accéder à la beauté et à la spiritualité.

Bernadette

 

La quête d’un homme qui a tourné le dos à la célébrité, pour un artiste mort et son œuvre ultime. De cette manière, il révèle leurs grandeurs respectives.

Danielle C.

 

Petit mais dense, un très beau texte, une réflexion puissante sur le sacré, l’art, le profane, la religion et ses symboles, la nature humaine, la compassion. Nécessite plusieurs lectures.

Madeleine

 

J’ai beaucoup aimé ce court récit, parfois déroutant, toujours original, tout comme son personnage qui ne se laisse pas facilement approcher. Un artisan tout entier dévoué à la tâche qu’on lui a confiée et qui nous révèle des zones cachées de l’art. Pas toujours facile.

Denise

Repost 0
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 19:07

 

Pietro Bartolo est né à Lampedusa dans une famille de pêcheurs, il est tiré au sort parmi 7 enfants pour faire des études et part à 13 ans en Sicile. Rappelons que Lampedusa est un îlot de 30 km², à 200 kms des côtes siciliennes. Il revient en 1980 pour installer un centre de santé. Ce livre est le récit de sa vie et de son quotidien fait de tragédies. Les premiers migrants sont arrivés en 1991 et depuis il consacre sa vie à sauver ceux qui peuvent encore l’être, car il est confronté à la mort de centaines de personnes, à la maladie contractée sur les bateaux : déshydratation, brûlures chimiques dues aux vapeurs d’essence mélangées au sel marin, à la souffrance de ces êtres malmenés, battus ou violés par leurs passeurs… Souvent, ces personnes ont payé leur passage d’un rein… opérées dans leur pays d’origine par des chirurgiens ! Ce médecin doit identifier tous les corps et cela lui est particulièrement difficile quand il s’agit d’enfants ou de mères ayant accouché pendant la traversée et encore attachées à leur bébé par le cordon ombilical… C’est une tragédie que tout le monde connaît par les médias, mais, quand BARTOLO nous nomme ces êtres humains par leur prénom, leur fait raconter leur histoire, nous sommes loin de la simple info et de ses chiffres : « 368 migrants morts dans un naufrage » … Ce médecin est un exemple d’engagement et ce livre un véritable coup de poing qui nous met au cœur du problème et devrait changer le regard de ceux qui ne veulent pas « voir ».

Mireille

 

Le DVD « Fuocoammare » témoigne du travail admirable de ce médecin et des situations dramatiques des migrants.

Bernadette

 

Repost 0
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 18:55

Après la 2ème guerre mondiale, la narratrice se rend pour ses recherches cinématographiques dans un petit village perché près de Naples, Positano. Elle est fascinée par le site, mais aussi par une jeune femme d’une grande beauté, très élégante, Erica, qui deviendra une amie, presque une sœur. Dix ans après leur rencontre, toutes deux se retrouvent à Positano et ce sera l’occasion de la part d’Erica d’une longue confession sur son douloureux passé. La narratrice, sous le charme conjugué de ce village et de son amie, nous livre ces confessions en même temps que ses propres sentiments, en particulier cette amitié profonde qui les liera jusqu’à la mort d’Erica, ses réflexions aussi sur la beauté de ce cadre hors temps, sur les gens chaleureux qui y vivent et le bonheur qu’elle y a connu. Dans une écriture aisée, agréable à lire.

Danielle S.

 

 

Récit romancé d’une complicité amicale (amoureuse ?) entre Erica et l’auteure, amitié qui durera 20 ans. Certes, nous sommes tenus en haleine par la confession du passé trouble d’Erica, mais que cela ne nous fasse pas oublier l’autre héros omniprésent, le village de Positano, perle de la côte amalfitaine « endroit empreint de magie », « au charme fascinant » que nous allons voir se dégrader sous nos yeux, « un puits de ciment », « un grouillement assourdissant de voix et de corps disgracieux dans les rues ». Une écriture puissante pour nous plonger dans cette belle histoire d’amitié aux accents tragiques.

Bernadette

 

 

Beau roman, bien écrit.

Bruna

 

Repost 0
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 06:49

 

C’est avant tout l‘histoire de  Saratoga, cet immense domaine de milliers d’hectares qui a été offert à un certain Cook par Charles 1er pour y construire la plus grande demeure des Etats-Unis sur des kilomètres de berges sur la rivière qui la borde. Mais ce seront surtout les milliers d’esclaves qui apporteront leur tribut pour mener à fin ce gigantesque chantier. La terre, pauvre, convenait cependant pour la culture du coton, de la canne à sucre, etc ….. Ainsi, la dynastie des Cook va se perpétuer sur plusieurs générations, ne faisant pas fortune mais s’essayant à conserver un style de vie propre à des « Blancs » venus s’implanter dans ces régions qu’ils comptaient bien maîtriser. Vint bien sûr, la guerre de Sécession mais les Noirs ne virent qu’un faible changement dans leur mode de vie. Un peu plus de libertés certes, mais la misère n’était pas éradiquée pour autant.

Nous arrivons aux prémices du 20ème siècle. La génération des Cook résidant alors à Saratoga venait d’accueillir la naissance d’une petite Diana, l’adoration de ses parents. Dotée d’un caractère bien affirmé, elle n’avait peur de rien, se lançant dans des entreprises dont elle ne mesurait pas toujours les conséquences. Mais vivre dans une telle demeure demande des moyens importants et Cook, qui ne s’adonnait qu’aux loisirs, aux réceptions et au cognac vit le déclin de Caratoga glisser peu à peu vers l’inéluctable. Aussi, Diana comprit-elle très vite qu’on comptait sur elle pour dénicher le parti qui permettrait à la famille de retrouver son rang. C’est ainsi qu’au cours d’un bal de société, elle rencontra le capitaine Copperton. Mise à part sa richesse qui semblait inépuisable, Diana ne sut rien de son passé. Elle crut répondre à son amour, lequel ne s’avéra que charnel, et réciproquement. Très vite, ils se marièrent, voyagèrent et un petit Ashton naquit. Saratoga avait retrouvé son lustre d’antan, ses réceptions, mais les relations entre Diana et Copperton s’effilochèrent pour se transformer en conflits et brutalités. Beaucoup d’alcool attisait les comportements. Et puis, après douze années de ménage, Copperton périt lors d’une course de chevaux. Diana, seule avec Ash, connut alors une vie refermée sur elle-même ; elle n’avait que trente et un ans et était sans ressources, car Copperton avait désigné son fils comme légataire de ses biens, assurant à Diana de quoi vivre on ne plus modestement. Pour ses études, Ash partit à Princeton. Plusieurs années plus tard, il rentra à Saratoga où il comptait bien s’installer pour exploiter le domaine. Il amena son meilleur ami Gibby pour un court séjour. Mais que de bouleversements, que de changements vont intervenir à dater de là, qui mèneront au drame qui ne pouvait pas manquer de survenir ….. Et qu’adviendra-t-il de Diana et de tous ceux qui accompagnaient sa vie ?

Un roman magistral auquel on reste accroché sans envies de pauses. Les personnages sont forts, certains attachants, les sentiments sont exacerbés. La fin laisse une impression profonde générée par cette Diana que la vie a malmenée mais qui a su malgré tout, rebondir à chaque épreuve de la vie jusqu’au moment où …. . Je suis enthousiasmée par cette lecture que j’aimerais faire partager à beaucoup. Je me souviens d’un roman du même auteur paru en 2012 « Arrive un vagabond » qui avait été accueilli avec succès à la bibliothèque.          Michèle D.

Repost 0
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 10:28

Un documentaire-jeu : cherche et trouve !

 

Ludique, beau, une promenade originale pour découvrir les différents habitats et les animaux qui les peuplent !

 

En 21 chapitres consacrés chacun à un milieu, les enfants cherchent et trouvent les animaux spécifiques à ce milieu (Ex. Les abysses ou la mangrove).

 

Il faut trouver x animaux, lire les explications, parfois trouver un animal bien caché.

 

Les réponses se trouvent à la fin du livre. Il y a un index, un sommaire, trois pages de présentation.

 

Un livre à la portée des enfants dès 5 ans !

Repost 0
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 10:25

 

Et revoilà Cornebidouille la sorcière qui fait peur aux enfants qui ne veulent pas manger leur soupe !

 

La dernière fois, elle avait fini dans une poubelle ! Aujourd’hui, elle ne pense qu’à se venger… Elle se transforme en poussière et parvient à s’introduire dans la bouche de Pierre.

 

Elle squatte le ventre du petit garçon qui se met à parler un drôle de langage : il s’enrhubidouille, il raconte des bêtises au médecin… La sorcière grossit, grossit… Pierre décide de manger sa soupe à condition que Cornebidouille sorte et … qui aura gagné cette fois ?

 

Pas sûr que les enfants acceptent de manger leur soupe…

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de cbpt84
  • Le blog de cbpt84
  • : Vous trouverez tous les infos utiles concernant l'actualité littéraire, la vie de notre association départementale, les liens vers les notes bibliographiques, vers l'UN
  • Contact

Pour accéder aux principales catégories, cliquez sur les liens suivants :

Actualité littéraire :          adulte jeunessecoup de coeur l'Isle  bouton bleu CD

Centre Départemental :    INFO CD LISTE CL

 Prix  :                                        PRIX CBPT prix livrentête

                                                      UNCBPT

Pages